jeudi 4 décembre 2008

Lettre à moi-même

Voilà une lettre déterrée. Une lettre jamais envoyée. Qui n'avait pas vocation à l'être. Une lettre de mon moi du futur à mon moi du présent mais qui date déjà d'un peu plus d'un an, donc normalement j'ai rejoint mon moi du futur. Si vous ne comprenez pas, c'est normal.
C'est une lettre qui parle de moi, donc j'ai hésité à la mettre. Par pudeur. En même temps ça me dévoile sans me dévoiler et ça peut peut-être faire avancer le schmilblick pour ceux qui sont dedans.

Salut mon gars,
J’ai comme senti que t’avais un petit coup de mou. Elle te revient dans la gueule et tu te demandes pourquoi tu l’as quittée. Mon gars, calmos ! Direct faut que tu te calmes ! J’vais te la rafraîchir ta mémoire moi !
Allez, dis-moi combien de temps duraient les accalmies, avant qu’un Scud ne te tombe sur la gueule ? Combien ? Une semaine, deux par grand beau temps.
Et ça fait quoi le Scud mec ? ça t’explose à la gueule ; ça te laisse par terre. J’veux pas de détails, mec, juste te rappeler les sensations. Tu veux que je te raconte comment t’es coupé en deux, impossible de dormir, impossible de penser, à essayer de comprendre où t’as bien pu merder et quand. Tu sais, tous ces trucs où tu sais pas d’où ça vient. T’en veut une petite resucée dis ? C’est ça que tu veux ? Faut le dire ! T’es un grand garçon et tu choisis ta vie. Si c’est celle-là que tu veux, très bien. Mais attention, va pas me raconter que c’est de la vie jolie qui coule ! Pas de bobard, s’il te plaît ! Que ça t’excite ok, c’est clair. T’as même peur de pas la retrouver celle qui va te faire jouir comme ça, celle qui va te faire vibrer. T’as l’impression que tu les connais toutes déjà les autres, que t’en as déjà fait le tour à leur deuxième phrase !
Faut qu’tu m’écoutes un peu ! J’tai déjà dit qu’on l’a rencontrée. Ah tu vas être étonné ! Mais tu ne m’écoutes pas. L’autre te bouffe la tête hein ? Elle occupe tes appartements dans ta caboche et tu te dis que c’est parce que tu l’aimes. C’est un signe c’est ça ?
J’t’en supplie, ouvre les yeux ! Confonds pas amour et jouissance. Amour et régression.
Au fait, je ne t’ai pas dit que j’étais fier de nous. Ce que tu as fait là mec, c’est du courage de héros. Ok, tu morfles comme un chien, mais j’te jure que tu vas être récompensé. T’imagines même pas comme c’est du bonheur en barres là où on est. T’aimerais bien savoir quand mais je peux pas te répondre précisément.
Tiens le coup, je t’en prie. T’es un sacré mec bien, avec tes défauts à la con, tes petites crises d’autorité à toi aussi (eh ouais, qu’est-ce que tu crois ? Filiation, filiation !) mais tu me gères ça plutôt pas mal.
Et pis, je vais te dire autre chose. Tout le monde aura toujours un avis sur la question comme pour la coupe du monde de rugby, mais, je t’en prie, arrête de douter et de te demander si t’as tout bien fait comme il fallait. T’as certainement pas tout fait comme il fallait, mais, d’une manière générale, j’peux te dire que quand tu sens pas un truc, t’as juste à écouter. Dans ces moments-là, c’est vraisemblablement moi qui te parle et comme j’ai un peu d’avance (dans le temps), je sais que c’est pas la bonne direction. C’est tout. Fais-nous confiance, c’est facile comme tout.
T’inquiète mec, t’es sur la bonne route en ce moment, ça je peux te l’assurer. Travaille bien. Pleure encore un peu si tu veux. Mais, ne doute pas d’avoir choisi la bonne option !
Allez tchao mec ! Prends soin de toi ! Tiens debout tout seul ! Faut que tu sois beau de plein de choses, quand tu rencontreras l'Autre…Et tiens le coup, la douleur va passer, je te l’asssure.

Après relecture, je peux me dire au présent que j'avais raison. C'est plutôt une bonne nouvelle !

1 commentaire:

Incompréhensions... a dit…

"Prends soin de toi! Tiens debout tout seul!"
Oui, je comprends ça, et cela résonne tellement familièrement en moi...
Alors oui, tu avais raison, je penses. Être clean quand on rencontre l'autre. Ca c'est une leçon de vie.