vendredi 21 novembre 2008

Aïe


Exercice d'indécence exposé en pâture : putain, j'ai mal ! Original !!
Je reprends le "je". C'est le moi-moi qui parle. Enfin, je crois. Et que dit le "moi" ?
Il dit Fuck !
Je ne savais même pas que ça existait.
Le mal de nos sociétés : le fameux mal-être.
Je me lève. ça va. Je prépare mon petit-déjeuner : ça va.
Affaires courantes : on zappe.
Affaires urgentes : plus tard.
Le travail ? ça a l'air d'aller.
Pour le moment.
Il est 11 heures. Les moteurs semblent fonctionner. Alléluia !
Ma semaine passée était donc seulement un méchant passage à vide et ces derniers mois une passerelle un peu douloureuse vers un Mieux.

L'enthousiasme semble en état de fonctionner. Le niveau d'énergie est élevé. Le travail se fait.
Bien. Très bien.
Il est 12h30. Que se passe-t'il ? Une petite baisse de régime. Rien de grave. Allez, on s'accroche. On laisse passer le nuage.
12h45 : Panne sèche.
Manger.

Horreur. Reconnaissance des symptômes.
Merde !
Apathie. Douleur.
Il reste les deux mamelles : alcool ou médicaments. Pas envie. Merde !
Alcool un peu. Pansement qui éloigne un peu l'angoisse.
Muscles tendus dans le dos. Difficulté à respirer. Fatigue. Goût de vivre en chute libre. Passer les heures maintenant.
Tenir.
Faire semblant. Ne pas faire peser aux autres. Mais je ne suis pas là.
Bordel. Je suis où ? Personne pour répondre. Evidemment.

J'en chie. Le temps passe. Je le regarde. Il me regarde.
Attente. Comme une insomnie en plein jour.

Presque envie que quelque chose explose. Sensation d'être au bord.
Mais au bord de quoi ?

1 commentaire:

Incompréhensions... a dit…

Âïe, en effet! Les deux mamelles; alcool ou médicaments? Aucun n'élude les problèmes, j'ai testé les médicaments avec une seul hâte: m'en sortir.
Une autre panne? Tu m'appelles et on se taille une bavette... non? :)